Sarah Bonrepaux, Red Tale Lead Reveals Film Insights

Sarah Bonrepaux, born in Toulouse, South of France is an Actress, Director, Writer. Over the course of eight (8) years, Bonrepaux has earned fourteen (14) acting credits. According to IMDb she is currently writing and directing her first Horror short.

Some of Bonrepaux’s acting credits include her first major role in the feature film Cam2Cam, “X” segment directed by Xavier Gens for the Horror anthology The ABC of Death.

In her latest role in the Horror short Red Tale directed by Natacha Thomas, Bonrepaux portrays the role of Red Riding Hood. There are no literal wolves in this tale. Be sure to read our review for Red Tale.

The interview below was translated from French to English. We’re providing both versions to cater to a wider audience. This interview was composed and translated by Bordeaux-based horror filmmaker and DecayMag Content Contributor David Teixeira.

Ken Artuz Founder, DecayMag

Related Article: Red Tale Film Review

Red Tale Innovates With Choreography, Horror Fusion

 

DecayMag.com Sarah Bonrepaux Red Tail
Sarah Bonrepaux

1. English Version

David Teixeira: Hello Sarah, my name is David Teixeira, I am a filmmaker and a writer/content contributor for DecayMag.com. I’m happy to ask you some questions about the short film Red Tale. Can you tell us about your career and how did you become an actress?

 Sarah Bonrepaux: I started taking acting lessons in theater in the south of France, making my mark on great historical shows. Then I went to Paris to study performing arts and at the same time, I trained in singing /musicals. I went to auditions, worked on several theater projects, met new people and started slowly to build my network…

I recently moved to Los Angeles, which I had been dreaming for a long time and the opportunity came up.

“I intend to continue on this path here where I hope will get lots of different roles! I really think it’s my destiny”.

David Teixeira: With an enriched filmography in horror movies such as Cam2Cam and ABCs Of Death 2, what have you retained of this genre and what makes you come back to it?

Sarah Bonrepaux: I’m a big fan of horror movies! I always run to see the latest ones that come out – some of them are so good! It’s a bit like going for a roller coaster ride.

“I’ve always had a fascination for this kind of films… To work on fears and to explore dark sides that we don’t usually go or want to explore.”

There are a bunch of interesting and strong female characters in horror movies and that attracts me as well. Unfortunately, the horror genre is little exploited in France. Let’s hope for me to get more horror roles here in the US!

David Teixeira: I watched the short film Red Tale before writing these questions and I loved the concept, it’s been a long time since I did not watch a short horror film adapted from a fairy tale and it feels amazing! Can you tell us how the Natacha Thomas – the director – contacted you? Was there a usual casting?

Sarah Bonrepaux: I’m delighted that you liked the short! I met Natacha in Paris through Ivan (Gonzalez), who plays Bluebeard, and with whom I worked on “ABCs of Death”. She contacted me a few months later to ask me to play the role of the Red Riding Hood.

At that time, I was in full research on Bluebeard for a personal project, so I immediately said yes! The world of fairy tales is something that fascinates me and the idea of mixing it with the horror genre was far too tempting…

In addition, I found the concept fresh and intelligent, the idea of opposing these two emblematic characters in the same story was interesting. DecayMag.com Natacha Thomas Red Tale

David Teixeira: In Red Tale you play the role of The Red Riding Hood. This Red Riding Hood is independent and has a strong personality compared to the so-called victims of Bluebeard… In any case, that’s how I felt. Can you talk a bit more about your character and the story of Bluebeard?

Sarah Bonrepaux: That’s what I liked when I read the script. This Red Riding Hood is not just a victim, she is a strong woman, to whom we can all identify, with her strengths and her weaknesses. It’s a modern version of the character, and I think that today we all need to see that kind of female characters in cinema. She fights every second to not fall under the influence of Bluebeard.

“It was interesting to explore this opposition between this strong woman who stands up for herself, who is at the same time completely intrigued and curious to see what is on the other side of the door…”

It’s both an inner and outer struggle. She is like a puppet who tries to detach herself from her strings in the face of this imposing, frightening, dark figure, who at the same time is so hypnotizing and intriguing! (and Ivan Gonzalez plays him brilliantly).

David Teixeira: Red Tale is a fable without dialogues … The lack of dialogue plays along with the unique cinematography, the camera work and the use of lights. What can you tell us about the experience of working with these specific visuals, the lack of dialogues and the coordinated movements which reminds us the tango dance?

Sarah Bonrepaux: Natacha did a great job on the film (it’s her first one!). As much in terms of concept as in directing, she has created a world of her own which adapts perfectly to the meeting of these two characters.

This idea of opposition, playing with lights, creating elements that go by the aesthetics, the movement, rather than using the dialogues, it isn’t something simple, or something that comes up every day in a project. We were lucky to have a great team and lucky to be extremely well led by Natacha. Performing without dialogue is not a handicap. On the contrary, it is a challenge. There can be so much intensity in a silence.

“When you study acting that’s one of the first things that you learn: live fully every moment, INCLUDING silences. You do not live only when you speak… you are your character from beginning to end.”

It was interesting to work like that, and I hope we managed to convey what Natacha wanted. Playing with lights can really echo the game of power which is patent throughout the film, and it fits perfectly to these two emblematic characters, each with a universe of their own. Each one tries to make the other one fall in its light. And what better way than dancing the tango to represent this constant balance of power, fascination and weakness against the charisma of Bluebeard.

DecayMag.com Natacha Thomas Red Tale

David Teixeira: There are many things that can be interpreted about Red Tale. The title, for example. It’s a red tale … So the power belongs to The Red Riding Hood. With all that is happening right now and the fact that women are now finally starting to get the opportunity to speak up and be powerful, do you feel that the film – created by a woman – can aspire from all that? Will The Red Riding Hood ever be able to get out of the Bluebeard’s grip?

Sarah Bonrepaux: Yes indeed, I had not made the connection at the time since the film was shot long before all these cases brought to light, but the idea of the character of a strong woman who’s opposed to the control of Bluebeard had seduced me… Obviously today, it has a lot more meaning. As I said earlier, it’s good to change the codes and revisit the tale with a modern vision of the woman. Not just a victim.

“We live in a world where unfortunately we are all (men or women) at one time or another confronted with something, or someone, who tries to control us, to manipulate us; who goes against what we want.”

It’s inspiring to know that things can change, that we have the power to be respected and to take back the reins. We can imagine that The Red Riding Hood could turn the scales and regain power.

David Teixeira: Thank you so much, Sarah, for taking the time to write the answers to my questions. Here’s hoping that you enjoy this moment and I wish you all the best in your future endeavors and congratulations for Red Tale!

Sarah Bonrepaux: Thank you! I had a great time answering your questions. I am very happy that you enjoyed the film, and I hope it will open doors for future adventures!

2. French Edition

Sarah Bonrepaux

David Teixeira: Pouvez-vous nous raconter votre parcours et comment êtes-vous devenu actrice?

Sarah Bonrepaux:  J’ai commencé le théâtre dans le sud de la France, en faisant mes marques sur des grands spectacles historiques. Puis je suis montée à Paris pour me former dans une école de théâtre. J’ai en parallèle suivi une formation en chant/comédie musicale. J’ai passé quelques auditions, travaillé sur plusieurs projets théâtre, rencontré des gens, construit mon réseau… ca s’est fait petit à petit. J’ai récemment emménagé à Los Angeles, ça faisait longtemps que j’en rêvais, et l’opportunité s’est présentée. Je compte continuer sur cette voie ici et – je l’espère – décrocher plein de rôles! Je me dis qu’il n’y a pas de hasard.

David Teixeira: Avec une filmographie enrichie de films d’horreur avec Cam2Cam et ABCs Of Death 2, qu’avez vous retenue de ce genre et pourquoi vous voulez y retourner?

Sarah Bonrepaux: Je suis une grande fan de films d’horreur! Je cours toujours voir les dernières sorties, il y en a de très bons! C’est un peu comme aller faire des montagnes russes. J’ai toujours eu une fascination pour ce genre de films. Travailler sur les peurs, explorer des côtés sombres que l’on n’a pas toujours l’habitude (ou l’envie) d’aller explorer. Et puis il y a un paquet de personnages féminins intéressants et forts au cinéma du côté des films d’horreur. Malheureusement ce genre là est très peu exploité en France. Mais maintenant que je vis aux USA, j’espère avoir l’occasion d’en tourner plein!

DecayMag.com Natacha Thomas Red Tale

David Teixeira: J’ai pu regarder le court-métrage Red Tale avant de passer à l’interview et je peux dire que j’ai adoré le concept, ça faisait longtemps que je ne voyais pas un court-métrage d’horreur adapté d’un conte et ça fait plaisir ! Pouvez-vous nous dire comment la réalisatrice vous a contacté ? Il ya eu un casting habituel?

Sarah Bonrepaux: Ravie que le film vous ai plu! J’ai rencontré Natacha à Paris par le biais d’Ivan (Gonzalez), qui joue Barbe Bleue, et avec qui j’avais travaillé sur ABCs of Death. Elle m’a contacté quelques mois plus tard pour me proposer le rôle du Chaperon. A cette époque là, j’étais en pleines recherches sur Barbe Bleue pour un projet personnel.

J’ai tout de suite dit oui! L’univers des contes est quelque chose qui me fascine tout autant, et l’idée de mêler ça au genre horrifique était bien trop tentante. De plus, j’ai trouvé le concept original et intelligent, d’opposer ces deux figures emblématiques que l’on connaît tous.

DecayMag.com Natacha Thomas Red Tale

David Teixeira: Dans Red Tale vous interprétez Le Chaperon Rouge. Ce Chaperon Rouge est indépendante et aune forte personnalité comparé aux dites « normes » victimes de Barbe Bleu, en tout cas, c’est ceque j’ai ressenti. Pouvez-vous en parler un peu plus sur votre personnage et sur l’histoire de Barbe Bleu?

Sarah Bonrepaux: C’est ce qui m’a plu lorsque j’ai lu le script. Ce Chaperon Rouge là n’est pas juste une victime. C’est une femme forte, à laquelle on peut toutes s’identifier, avec ses forces et ses faiblesses. C’est une version moderne du personnage, et je crois qu’aujourd’hui on a tous besoin de voir ce genre de personnages féminins au cinéma. Elle se bat chaque seconde pour ne pas tomber sous l’emprise de Barbe Bleue.

C’était intéressant d’explorer cette opposition entre ce côté femme forte, (who stands up for herself), qui est en même temps complètement intriguée et curieuse de voir ce qu’il y a de l’autre côté de la porte. C’est une lutte intérieure et extérieure.

Elle est telle une marionnette qui essaie de se détacher de ses fils face à cette figure imposante, effrayante, sombre, qui en même temps est tellement hypnotisante et intriguante (et Ivan Gonzalez l’interprète à merveille)

David Teixeira: Red Tale est une fable sans dialogues… Le manque de dialogues se balance beaucoup avec l’esthétique du film et les mouvements de caméra et le jeux de lumières. Que pouvez-vous nous dire sur l’expérience de travailler avec ce visuel spécifiaue, le manque de dialogues et les mouvements coordonnées comme une danse de tango?

Sarah Bonrepaux: Natacha a fait un super boulot sur le film (son premier!), autant au niveau du concept que de la réalisation. Elle a créé un univers bien à elle qui s’adapte parfaitement à la rencontre de ces deux personnages. Cette idée d’opposition, de jeux de lumière, de faire passer beaucoup de choses par l’esthétique, le mouvement, plutôt que d’utiliser les dialogues… Ce n’est pas quelque chose de simple, ni quelque chose qu’on vous propose tous les jours. On a eu la chance d’avoir une super équipe et d’être extrêmement bien dirigés.

Jouer sans dialogues n’est pas un handicap. Au contraire, c’est un challenge. Il peut y avoir tellement d’intensité dans un silence. En cours d’acting c’est ce que l’on vous apprend. De vivre pleinement chaque moment, Y COMPRIS les silences. Vous ne vivez pas que lorsque vous parlez. Vous êtes le personnage du début à la fin. C’était intéressant de travailler comme cela, et j’espère que l’on a réussi à transmettre ce que Natacha voulait.

Et puis le jeu des lumières permet de faire vraiment fait écho au jeu de pouvoir présent tout au long du film, et cela s’adapte parfaitement à ces deux personnages de contes, qui ont chacun un univers bien à eux. Chacun essaie de faire tomber  l’autre dans sa lumière. Et quoi de mieux que le tango pour représenter ce constant rapport de force, et en même temps cette fascination, cette faiblesse face au charisme de Barbe bleue.DecayMag.com Natacha Thomas Red Tale

David Teixeira: On peut interpréter beaucoup de choses en regardent Red Tale. Le titre, par exemple. C’est unefable rouge… Donc, le pouvoir appartient au Le Chaperon Rouge. Avec tout ce qui se passe actuellement et le fait que la femme commence finalement à obtenir un peu de pouvoir à en parler de plus en plus et à se soutenir, sentez-vous que le film – réalisé par une femme – peut en effet transpirer de tout ça ? Est-ce que Le Chaperon Rouge pourra un jour s’en sortir de l’emprise de Barbe Bleu ?

Sarah Bonrepaux: Oui en effet, je n’avais pas fait le rapprochement à l’époque, étant donné que le film s’est tourné bien avant que toutes ces affaires ne soient misent en lumière, mais l’idée du personnage de femme forte qui s’oppose au contrôle de Barbe Bleue m’avait séduite. Forcément aujourd’hui, cela a beaucoup plus de signification. Comme je l’ai dit plus tôt, c’est bien de changer les codes et de revisiter le conte avec une vision plus moderne de la femme.

Pas juste une victime. Nous vivons dans un monde où, malheureusement, on est tous (hommes ou femmes) à un moment ou à un autre, confronté à quelque chose, ou quelqu’un, qui essaie de nous contrôler, de nous manipuler, qui va a l’encontre de ce que l’on veut. Et c’est inspirant de savoir que les choses peuvent changer, que l’on a le pouvoir de se faire respecter et de reprendre les rennes. On peut tout à fait imaginer que le Chaperon puisse renverser la balance et reprendre le pouvoir.

David Teixeira: Merci beaucoup Sarah pour prendre le temps de écrire des réponses à mes questions. En espérant que ce petit moment vous à plu, je vous souhaite plein de bonnes choses dans votrefutur cinématographique et félicitations pour Red Tale!

Sarah Bonrepaux: Merci à vous! J’ai passé un très bon moment à répondre à vos questions. Je suis très heureuse que le film vous ai plu, en espérant qu’il nous ouvre des portes pour de prochaines aventures!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here